Extrême définition

Pendant le projet Redinter, plusieurs chercheurs se sont penchés sur la définition de l'intercompréhension, ou plutôt sur ses définitions. On lira ou relira l'article de Christian Ollivier qui en a résulté. Il fallait réunir divers courants qui avaient travaillé dans des directions différentes, essentiellement les textualistes, les connectivistes et les oralistes. Comme terrain d'entente, on a donc alors pris en considération : « les pratiques qui utilisent le dialogue plurilingue, où chacun s’exprime dans sa langue, ou les pratiques qui préparent à ce type de dialogue ».

Bien sûr, des recherches continuent dans des voies plus restreintes. Ainsi par exemple, pour certains chercheurs, il ne peut y avoir intercompréhension que si on a au moins trois langues en jeu et à condition qu'elles soient de la même famille.

Je pense aujourd'hui qu'il  faut aller plus loin encore et ne rien retenir d'excluant si on veut poursuivre le rêve de Redinter qui était de réunir tous ceux qui réfléchissent sur cette pratique qu'on appelle intercompréhension, et sur les moyens de la développer. C'est pourquoi je propose dans cet esprit une définition extrême, en deux mots seulement. L'intercompréhension est un " dialogue réussi ", puisque c'est un acte qui consiste à comprendre au moins une autre personne. Il n'y a intercompréhension que quand ça marche.

La définition implique tout ce qu'il faut pour avoir la plus large des réflexions. Elle permet de considérer une situation où une personne s'applique à comprendre par ses propres moyens intellectuels un texte dans une langue qu'elle ne connaissait pas. Elle admet aussi que si vous échangez avec succès avec une personne qui a la même langue que vous, vous avez fait de l'intercompréhension.
Elle sous-entend qu'on peut avoir toute sorte de configurations quant au nombre et à la nature des langues. Et si nous voulons une définition sans limite, nous devrons admettre que tous les moyens sont bons pour réussir ce dialogue, y compris les traducteurs automatiques que le web met à la disposition de tous. Le continuum des situations va de l'intercompréhension " à poils ", dans laquelle aucun autre moyen que ceux que la nature vous a donné ne sera autorisé, à l'intercompréhension " à clics " où vous tirerez de l'internet tout ce qu'il peut vous donner.

Comments

"L'intercompréhension est un " dialogue réussi "", je suis complètement d'accord avec ça, l'intercompréhension c'est le coeur de la communication, le 'principe de coopération' même, quelle que soit la solution choisie comme cela est dit dans le dernier paragraphe.