Le travail en commun en ligne

Si on veut se rapprocher de la réalité de ce que propose le portail d'intercompréhension Miriadi comme type de formation, ce qui est assez difficile pour englober toutes les formes possibles, on n'en sera pas du tout éloigné si on parle de "travail en commun en ligne".

Il est vrai que le sigle MIRIADI ne contient aucun de ces mots, et précise au contraire qu'il s'agit d'intercompréhenson à distance (-IADI). Cette appellation est tout à fait justifiée par l'évidence que des groupes-classes très éloignés y travailleront ensemble, et que c'est l'intercompréhension, sa pratique et son apprentissage en réseau de groupes distants, qui a conduit les concepteurs de la plate-forme à proposer aux organismes de toutes sortes un tel dispositif.

Cependant, les expériences menées par le partenariat, et leurs antécédents sur d'autres plates-formes de formations (Galanet, Galapro, Lingalog,...) démontrent que tout peut se passer dans la même salle de classe, donc en présentiel, avec un groupe plurilingue, ou bien que tout peut se passer entre des personnes réellement à distance, séparées et dispersées, ces deux situations constituant les deux extrêmes d'un continuum, mais gardant comme constante le fait que dans tous les cas, les personnes en formation sont devant un ordinateur connecté et que la plate-forme MIriadi ne leur propose que des activités qui passent par l'écran pour interagir avec leurs pairs.

Et ce qui est vrai lorsqu'on ne parle que des formations est vrai aussi lorsqu'on parle de la mutualisation des ressources au sein du réseau Miriadi, des projets que les partenaires élaboreront sur le site, et de la vie du réseau et de l'APICAD. Tout cela, de même que les formations, est bien une façon de travailler en commun et en ligne, sans être forcément toujours à distance et sans être forcément toujours en présence.

S'il en était besoin, l'abolition de la distance par l'Internet est ici illustrée. La distance existe, mais elle a perdu toute pertinence dans un tel dispositif.

Comments

Jean-Pierre tu comentario en el blog es el resultado de múltiples experiencias que han tenido éxito o de  proyectos largo, mediano o corto plazo que han tomado diferentes rumbos. Desde que las nuevas tecnologías se han desarrollado la Intercomprensión en línea se ha tenido que adaptar a estas nuevas tecnologías. La plataforma Galanet fue una de las pioneras de la comunicación a distancia justo antes  de que pareciera facebook. Galapro pone en cuestión la metodología de trabajo en la enseñanza de la IC y se actualiza cada vez que se lleva a cabo una sesión. Lingalog, plataforma en constante crecimiento que he utilizado tanto en los cursos de lengua, blogs en el chat los recursos, los talleres y los intercambios lingüísticos. La asociación APICAD, nos permitirá la perennidad y hacer conocer más y mejor los mecanismos de Intercomprensión, incluso en un futuro hacia otros grupos de lenguas que pueden asimilarse al grupo de lenguas latinas o las otras lenguas que ya han participado en los diferentes estadios de los los proyectos mencionados en tu blog.