Vidéos qui ont fait MOOC

La première : V1 "Des pratiques spontanées aux outils didactiques"

 

La deuxième : V2 "Des outils numériques pour l'intercompréhension réceptive"


La troisième : V3 "Des outils numériques pour l'intercompréhension interactive"

Versions sous-titrées en portugais de ces trois vidéos du MOOC EFAN langues

https://www.youtube.com/watch?v=udw2ReBIMEc
https://www.youtube.com/watch?v=tdl9RIL6lYs
https://www.youtube.com/watch?v=qS5u5cYkd6c&feature=youtu.be


Vidéo "hangout" de fin de semaine IC du MOOC EFAN langues (2014)

Avec 7 participants en connexion vidéo et d'autres, nombreux, en connexion écrite, ce format d'échange permet de nombreux témoignages et des échanges riches et constructifs en plusieurs langues.

 

Tutoriel Miriadi  - MOOC EFAN Langues (mai 2017)

Versionssous-titr

Commentaires

Consultez ci-dessus les 3 vidéos du module 3 du MOOC EFAN langues, dédié aux "Outils numériques pour l'intercompréhension". N'hésitez pas à poser vos questions ci-dessous en déposant un "commentaire". J'y répondrai au plus vite.

En cliquant sur la 1ère image vous accèderez aux deux premières vidéos intitulées "Des pratiques spontanées aux outils didactiques" et "Des outils numériques pour l'intercompréhension réceptive"
La deuxième image donne accès à la 3ème vidéo intitulée "Des outils numériques pour l'intercompréhension interactive", ou autrement dit, comment dialoguer chacun dans sa langue, et fait la part belle à Galanet, Galapro, et MIRIADI.

Bravo à Christian Degache pour cette superbe présentation de l'intercompréhension et pour ce bel exemple de séquence vidéo taillée pour le MOOC

Merci pour cette très bonne présentation et très bonnes vidéos ! Cependant, j'ai une question (très importante sans doute) qui tourne autour de l'enseignement de l'intercompréhension dans les pays arriérés où la technologie et le numérique traîne dans sa course vers le progrès qu'on vit actuellement et globalement. Est-ce qu'il est possible d'enseigner l'intercompréhension de manière archaïque (livres et enseignants) sans avoir recours à des forums, des sites offrant des pédagogies interactives etc. ? C'est-à-dire faire aimer l'intercompréhension aux apprenants en l'absence du côté "flashy" ?

Bien sûr qu'il est possible, mais il est certain qu'il est et devient de plus rare car les dispositifs didactiques sont surtout numériques. Puis il ne faut pas oublier, comme nous le montre la pratique, que les apprenants sont demandeurs d'oral. Et pour les frotter à la langue parlée il faut, inévitablement, avoir recours à la technologie.

Vous pouvez vous limiter à travailler avec des manuels si vous utilisez la méthode Euromania pour le primaire ou Eurom 4, qui n'est plus réédité, en direction du secondaire ou d'un public adulte. En Argentine (InterRom) ils ont développe un très bon matériel sur support papier qui peut être accompagné par des fichiers sonores qui eux, certes, exigent une reproduction à partir d'un ordinateur.

Bonjour, une petite remarque sur l'expression "pays arriérés" qui est sûrement à prendre avec des pincettes, c'est pour ça qu'on dit plus volontiers "pays en voie de développement". A propos du numérique, il y a d'ailleurs parfois des surprises car dans certains de ces pays les téléphones portables y sont plus diffusés encore que dans des pays développés, sans doute un gros potentiel pour la formation en ligne. Mais les outils numériques pour l'intercompréhension sont encore peu nombreux à être configurés pour l'"apprentissage mobile", il faut y penser davantage! Est-ce le cas de ce portail Miriadi par exemple?

Molto interessante il concetto di Responsive... se cerco la traduzione in italiano su google translate, l'espressione che lo rende meglio in questa lingua è "che reagisce", cioè un sito che si adatta... se cerco di dirlo in italiano, forse direi adattabile...
Ecco un sito in italiano su questo tema : http://www.html.it/pag/32821/cose-il-responsive-design/
(scusate la parentesi fuori tema...)


 

Non posso che raccomandare (je recommande vivement) questo MOOC non solo sull'Intercomprensione, ma anche in genere su l'uso delle tecnologie a distanza per creare situazioni di interazione nella didattica delle lingue. E' veramente interessante, coinvolgente, fattibile e ben strutturato. Aiuta chi, come me, ha un pò paura delle TIC, a prendere confidenza, a scoprire, a motivarsi per nuovi approci.
Poi con l'IC si può dialogare con altre persone su tutti i continenti è veramente un'emozione, sia per lo studente sia per i formatori...
Una partecipante della sessione che si vede nei video...

PS: La formazione è in francese, ma questo messaggio è in italiano. E' un esercizio di IC scritta? Sono qui per aiutare chi avesse difficoltà per capire. ON PEUT POSER DES QUESTIONS SUR LES MESSAGES QU'ON A DU MAL A COMPRENDRE SUR CE FORUM... ;-))

Très intéressante cette vidéo où Christian Degache présente de façon illustrée, pédagogique et systématique les différents types d'intercompréhension et ses dimensions. J'adore l'introduction des extraits de film qui démontrent vraiment que le monde du XXIème siècle baigne dans l'intercompréhension... A regarder si vous êtes intéressés pour "ir al grano" sur ce thème de l'intercompréhension.

Mo panse ki Malala inn lans enn « boutade » kan li finn itiliz lexpresion « pays arriérès ». So kestion bien pertinan. Mo pa ena okenn dout ki lekip Miriadi pou rod solision. Mo panse, kouma Christian, ki solision teknolozik, li kote telefonn portab.
Me bann pei kot teknolozi informatik pa aksesip pou tou dimounn, reprezant enn kontext lingwistik bien ris, avek plizir lang ki dimounn koze.
Souvan dan sa bann pei-la, pratik inter-konpreanzion deza existe enn fason natirel. An atandan devlopma teknolozik, bizin gete si devlop enn pedagozi ant bann lang lokal/nasional / ofisiel ant profeser ek zelev.
 

J'aimerais exposer et comprendre deux cas en intercompréhension :
1. Premier cas : il est plusieurs fois répété dans les vidéos (même les autres que celles présentées dans cette page) que l'intercompréhension est un acte naturel et cette pratique datait d'il y a des siècles déjà. Alors, sur le plan pédagogique, quand je demandais éventuellement la possibilité d'enseigner l'intercompréhension en contexte formel (qui n'a rien avoir avec les échanges naturelles hors du cadre pédagogique) par le biais des livres, je pensais effectivement à la didactique de l'intercompréhension dans les pays "arriérés" tels que beaucoup qui existent en Afrique par exemple. Il est très connu que les pays africains ont beaucoup de dialectes qui changent tous les 100 km, et que de ce fait, un compatriote qui sort de sa ville ne comprend plus du coup le dialecte parlé dans la ville d'à côté. Je suis partie dans l'extrême quand j'ai pris l'exemple de l'Afrique, mais je suis sure que dans tous les pays, ce phénomène doit exister notamment entre les villes et les campagnes (c'est le cas de l'Amérique latine, à Madagascar (où il y a beaucoup de dialectes) comme en France, les variétés de chinois et l'arabe par exemple). 
2. Deuxième cas : l'intercompréhension dans les pays "en voie de développement" où même les paysans vivant très éloignés de la ville possèdent un téléphone portable et même deux ou trois dans la famille - peut être enseigner l'intercompréhension à ces gens-là (habitués à internet) par le biais des technologies numériques me paraîtrait pas difficile, d'autant plus que les travaux et les sites sur l'intercompréhension et le multilinguisme abondent sur la toile.

Très bonnes suggestions en effet Malalatiana. Je me demande toutefois si on peut dire que l'on va "enseigner l'intercompréhension" à des personnes qui la pratiquent déjà naturellement. Sans doute est-ce un peu jouer sur les mots mais je crois qu'en ce qui les concerne il faut surtout valoriser leurs  pratiques naturelles en les mettant en lumière avant de montrer à ces personnes qu'elles peuvent prendre appui sur elles pour aborder d'autres langues/variétés linguistiques, un peu plus éloignées ou qu'elles ne comprennent pas aussi spontanément. C'est d'ailleurs le même processus, parmi d'autres, qui est mis en avant dans l'éveil aux langues avec des enfants issus de l'immigration

(la vidéo 2)
J'aimerais savoir ....
Je pense que les deux méthodes doivent coexister car se complètent, n'est-ce pas ? Un exemple simple : si un élève qui lit dans sa langue "ch" (sh) et "qu" (k) alors que dans la langue cible "ch" se prononce (k), je pense qu'il pourrait y avoir une problématique d'incompréhension du sens et de reconnaissance visuelle du mot si ce mot n'est pas oralisé (ça sent un peu le vécu)

Je ne sais pas si éventuellement la didactique de l'IC par "l'éveil aux langues" ne résolverait pas ce problème d'incompréhension de texte sans avoir recours à l'oral. Et l'approche plurilingue linguistique - "l'éveil aux langues" - peut-elle être incluse dans la pédagogie de l'IC (vu que l'IC en est une autre je pense) ? et elle se trouverait à quelle étape de l'apprentissage, pour les tous débutants uniquement ?

Merci de m'éclaircir sur ce point.

Sur la variation de la relation grapho-phonologique d'une langue à une autre (le fait par exemple que la graphie "ch" se prononce (k) en italien ou (sh) en français ou (tch) en espagnol...), c'est en effet un point important auquel le projet EuroCom consacre un de ses 7 tamis (le 4ème) et c'est aussi pour cela que l'écoute des textes écrits (une lecture orale) est rendue possible dans la plupart des outils numériques pour l'intercompréhension réceptive.
Sur les relations entre Eveil aux langues et IC, oui, il y a des pratiques communes et, en effet, l'éveil aux langues à l'école peut être vu comme une 1ère étape, plus large.

Tout me parait assez clair maintenant. Je vous remercie infiniment d'avoir levé mes doutes en intercompréhension.

Malalatiana

Salute, Aghju seguitatu u MOOC l'annu scorsu è Hè una bella apertura à a formalisazione di l'IC è ancu ghjova da principià sessione da attrae un publicu più largu . Face dinù realizà e pussibilità di fà ma dinù a cumplessità di i varii piani da gestisce (tecnichi, linguistichi...) è e so limite. Hè certu cì vole à pruvà lu è ancu à rifà lu.
Mooc IC bis repetita placent

L'avantage des personnes ou pays plurilingues est la possibilité de choisir en fonction des contraintes du contexte, la langue la mieux appropriée. Dans le cas des Mauriciens : le Kreol Morisien (encore faut-il écrire ou vouloir écrire cette langue qui ne fait qu’entrer maintenant dans l’écriture) avec ceux qui maîtrisent le français ; le français avec ceux qui développent leurs compétences en FLE ; l’anglais avec ceux qui apprennent l’anglais… Il est des cas oú les contraintes du contexte passent avant certains intérêts de la recherche.

Cara Daniella hai ragione, essere già immerso in un paese plurilingue significa che tutti hanno una maggiore sensibilità o per lo meno consapevolezza della pluralità linguistica. Certo questo può anche generare conflitti fra parlanti di lingue diverse, poiché il capitale linguistico come lo chiamava Bourdieu è una forma di potere come il capitale economico, culturale, sociale...
Anche paesi come l'Italia o la Francia, in cui il discorso ufficiale ruota intorno alla nozione di lingua nazionale, sono realtà plurilingui, solo che questo viene negato, sarebbe ora che venisse superata questa ideologia del monoglottismo, senza per questo negare che all'interno di una comunità è anche necessario avere un codice di comunicazione comune che tutti devono poter utilizzare al meglio.