Groupe de travail: GT_Langues "indigènes"

MonicaBAI a proposé un thème de travail sur les langues autochtones...

Las lenguas indígenas son parte de la riqueza cultual en América latina. A pesar del claro dominio del español y del portugués, millones de persones hablan en las lenguas originarias en este vasto teritorio. Según el "Atlas sociolingüístico de pueblos indígenas de América Latina" presentado en 2011 por UNICEF, un total de 420 lenguas indígenas se emplean en la región. La ONU proclamó a 2019 como el Año Internacional de las Lenguas Indígenas. ¿Cuáles conocés? ¿En qué paises se hablan? ¿Están en riesgo de extinción? ¿Por qué peligran y desaparecen las lenguas? ¿Qué podemos hacer para evitarlo?

MichelaAuroraCr... replied on sam, 14/09/2019 - 10:24 _ Io non conosco nessuna lingua indigena ma sono ben d'accordo che sono parte integrante del patrimonio culturale di una popolazione...anche nella mia terra ci sono tanti dialetti che caratterizzano le nostre tradizioni. Secondo me, acquisire consapevolezza della ricchezza della nostra cultura è alla base della nostra società

esarsur replied on sam, 14/09/2019 - 20:18 _ Eu gostaria de conhecer melhor as línguas indígenas do Brasil. Sei que são faladas cerca de 200 línguas no território brasileiro e a maioria são línguas indígenas, de diferentes famílias linguísticas diferentes. Conheço algumas línguas que pertencem ao tronco* linguístico Macro-Jê: maxacali, xacriabá, botocudo. E krenak, que é falada pelo povo Krenak, no estado de Minas Gerais, onde eu nasci. Como é o tema da sessão, aqui vai uma música que faz uma homenagem aos indígenas que moravam no Brasil antes da colonização. Atualmente, no centro da cidade de Belo Horizonte*, várias ruas têm o nome de povos indígenas - alguns aparecem na música: Guaicurus, Caetés, Goitacazes, Guajajaras, Tamóios, Tupinambás, Aimorés, Timbiras, Tupis... Metaforicamente, a música diz que "a cidade plantou no coração tantos nomes de quem morreu".  "Ruas da cidade" (Lô Borges/Milton Nascimento) - youtube.com/watch?v=7xifj_0qyJw

*um tronco linguístico é um conjunto de famílias linguísticas
*Belo Horizonte é a capital do estado de Minas Gerais

Nel forum è stato iniziato questo lavoro interessantissimo su una tabella : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1zAaoWT-pLY4BRG4fgk8riJXTQgWqSo-Q...

 

Formatrice(s).teur(s)

sandrag (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 13/05/2022 - 09:04

MonicaBAI (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 22/12/2021 - 22:09

Participant·e·s

sandrag (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 13/05/2022 - 09:04

Nazly_tovar (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 06/12/2019 - 15:01

louis_ceillier (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 17/01/2020 - 22:49

alya_zabar (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 24/12/2020 - 18:24

MonicaBAI (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 22/12/2021 - 22:09

Cristina Tallone (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 18/11/2019 - 17:05

Norma Bernardez (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 15/12/2019 - 22:02

CECILIA RUFFINI (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 24/11/2019 - 01:53

agustinamunoz (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 07/11/2019 - 20:00

Fernanda Felix (Hors ligne)

Langue: [langue]
Dernier accès: 25/03/2021 - 13:56

Commentaires

Io parlo una lingua "indigena" , il dialetto della mia città, Taranto. Si trova in Puglia, una delle regioni più belle del Meridione dell'Italia; é un dialetto molto diverso dalla lingua italiana e per certi aspetti riprende dei suoni della  lingua francese! La cosa più interessante é che i dialetti cambiano da una città all'altra... e voi? Voi parlate delle lingue indigene o dei dialetti?

Très interessant, quels sont les sons et aspects de la langue française? Non, je ne parle pas de dialecte ou langue indigène.

nel tuo paese ci sono molte regioni che parlano dialetti diversi.In Argentina usiamo alcuni termini degli aborigeni di ogni regione.Al mio posto usiamo il guarani in alcune parole.Grazie á te.                                                                                                                       

Gracias por la canciòn, es muy bonita. La letra muestra la fuerte conexiòn de los pueblos indigenas con la naturaleza.

Bonjour! Por nuestra ubicación geográfica: Corrientes, estamos en territorio habitado  históricamente por los guaraníes de quienes heredamos una rica cultura y lenguaje hablado en zonas rurales especialmente. Dentro de la familia linguistica tupí guarani se trata de la variedad avañe e, post colonial y post linguistico.

En su mayoría herederos de la cristianización colonial y por ello devotos de la Virgen María:Tupasy Ka a Kupe en Paraguay y Tupasy Itatí en Corrientes.

Hola a todos y todas,

Yo naci en la ciudad de Bogota y alli se encuentra el cabildo Muisca, un grupo indigena. La lengua que hablaban los muiscas es el Muiscubum o chibcha, pero es una lengua que no se habla actualmente. Sin embargo, la comunidad muisca intenta rescatar la lengua haciendo un trabajo de investigacion de archivos recuperados durante la colonizaciòn. Muchas palabras del muiscubum existen aùn en el vocabulario de los bogotanos, como algunos nombres de los barrios, expresiones, etc.

Actualmente en Colombia existen mas de 60 lenguas indigenas, agrupadas en mas de 20 familias pero en la epoca de la conquista existian mas de 300. Imagino que en otros paises, no solo de America Latina  existe tambien el peligro de desaparicion. Por ello, considero  que es muy importante pensar en la proteccion y conservacion de estas lenguas ya que representan toda una comunidad. 

Oui! Une langue représente une communauté et une histoire, donc le besoin de conserver une langue est compréhensible et important ! On pourra travailler sur les 60 langues indigènes de Colombie !

Buenas tardes! En clases de guarani pudimos entonar este chamame, especial para escuchar y cantar con niños en casa.

El jopara (lease yopará) es la introducción de palabras de lengua española y guarani a la comunicación, en esta canción es notoria esa mezcla https://www.youtube.com/watch?v=HHhc-X0EU0E 

La cantamos en algún encuentro?,

Saludos cordiales

Bonjour! en el Pad de Lenguas Indígenas  escribí sugerencias de fuentes de información y posibles formas de trabajo, entre otras testimonios de hablantes nativos.

À bientôt!!!

Bonjour! en el Pad de Lenguas Indígenas  escribí sugerencias de fuentes de información y posibles formas de trabajo, entre otras testimonios de hablantes nativos.

À bientôt!!!

Bonjour à tous! Mbaëichapa! Bom dia!

Tendríamos que empezar a organizar el trabajo,. La pregunta de Alya_Zabar: Quelles sont les premières pensées qui vous viennes à l'esprit quand on parle de groupes indigènes? podría ser la presentación. Les parece?

El formato de la producción,tal vez un pdf? Estaría bueno crear un pad para ir recopilando todo lo aportado hasta ahora y lo que se quiera agregar.

El tiempo apremia. Allez! Bon courage et bon travail!

Il faudrait qu'on rassemble toutes les idées sur ce pad, je vais travailler ce week-end et y mettre mes recherches ! Il faudrait ensuite qu'on fasse un document Word puis PDF avec ces idées qu'on organisera en parties et sous-parties, avec des images et des liens de vidéos... Je me porte volontaire pour la création du document PDF si cela ne vous dérange pas.

Lo primero que pienso cuando hablamos de lenguas indígenas es "resistencia" bien sea la resistencia de continuar a hablar en su propia lengua frente al dominio del español o la resistencia de recuperar una lengua que puede ser considerada como muerta. También pienso en resistencia porque a menudo los grupos indigenas estan en situacion de precariedad y en lucha por conservar su territorio.
yo propongo que podriamos hacer una presentacion general de las lenguas indigenas de America Latina y elegir las lenguas mas habladas y tambien algunas que estan en peligro de desaparicion o en recuperacion y crear un blog, donde podamos presentar videos y enlaces.

yo propongo que podriamos hacer una presentacion general de las lenguas indigenas de America Latina y elegir las lenguas mas habladas y tambien algunas que estan en peligro de desaparicion o en recuperacion y crear un blog, donde podamos presentar videos y enlaces.

https://es.euronews.com/2019/07/29/las-voces-perdidas-de-latinoamerica-l...

este es un enlace de una lengua que esta en recuperacion en Colombia

https://es.globalvoices.org/2015/04/11/salvar-el-idioma-muisca-de-la-ext...

  Bonjour les copains!

               Así comienza el  MARTÍN FIERRO con estas palabras en guara­ní: “Ape a ñe moí a purahéi mbaracá-pú ñe ha-a-pe”, significa 

" Aquí me pongo a cantar 

al compás de la vigüela..."

El personaje creado por José Hernández se hace voz de los reclamos de los hombres de campo de su tiempo.

Lo traigo a colación por ser hoy el Día de la Tradición en recuerdo del nacimiento de su autor.

Salut

José Hernández el autor de la obra escrita en lengua rural imitando el habla del gaucho,nació un 10 de noviembre, por eso hoy es el Día de la Tradición.

Vihuela o vigüela es el nombre de la guitarra.

Bonsoir!!

J'ai commencé à reunir vos idées et les miennes sur un document WORD... Il faudrait tout mettre sur le pad pour que je puisse les collecter au fur et à mesure.

D'accord Alya, il me semble très bonne ta proposition. On va recuellir le matériel apporté et le compléter si nécessaire.

Mba'éichapa à vous !

Je vous fais suivre les infos que j'ai trouvé sur le site de l'Inalco où j'ai étudié il y a quelques années (désolé pour les non-francophones, quasiment tout est en français…) :

 

Nahuatl

(source : http://www.inalco.fr/langue/nahuatl)

 

La population mondiale est aujourd’hui de 6 milliards d’individus et le nombre de langues de 6000. Plus de la moitié de la population mondiale parle 11 langues. Autrement dit, 96 % des langues du monde sont parlées par 4 % de la population mondiale. Le nahuatl fait partie de ces langues dont il importe de maintenir l’enseignement.

La langue des Aztèques

Le nahuatl est une langue du Mexique qui appartient à la famille linguistique uto-aztec (qui comprend aussi les langues pima-tarahumar et cora-huichol parlées au Mexique, et plusieurs langues d’Amérique du Nord comme le comanche, le hopi et le papago). Le nahuatl fut la langue des Aztèques, entre 1325 et la Conquête espagnole (1519-1521) et fut la langue amérindienne qui comptait le plus de locuteurs dans la Mésoamérique ancienne. Les Aztèques connaissaient également un système graphique de mise en signes, une forme d’écriture en pictographies qui fut utilisée entre les XIVe et XVIIIe siècles et qui transcrivait la langue nahuatl d’une manière sélective.

Aux lendemains de la conquête espagnole, des notables indigènes et des éclairés ont recueilli une partie de la littérature des Aztèques en la transcrivant en caractères latins. De leur côté, les missionnaires ont appris le nahuatl afin d’évangéliser les populations indiennes et ont produit un grand nombre de textes aux XVIe et XVIIe siècles, dont beaucoup constituent des témoignages de la vie quotidienne des Aztèques avant la conquête. Ces textes forment un corpus très abondant qui a fixé ce qu’on appelle aujourd’hui le nahuatl classique. Aucune autre langue amérindienne ne dispose d’un corpus ancien aussi riche que le nahuatl. L’étude du nahuatl classique et de ses textes présente donc un intérêt particulièrement important pour la connaissance de la civilisation aztèque, de même que l’étude de l’écriture nahuatl telle qu’elle se manifeste dans les manuscrits pictographiques traditionnellement appelés « codex ».

Le nahuatl moderne, sous diverses formes dialectales, est aujourd’hui parlé par 1 376 000 locuteurs de plus de cinq ans. On peut dire qu’il représente la deuxième langue du Mexique. De plus, un grand nombre de noms de lieu jusqu’au Guatemala sont en nahuatl, et de nombreux mots en nahuatl ont été assimilés par l’espagnol parlé au Mexique, et par-delà par nos propres langues (citons par exemple les mots « tomate », « cacao », « avocat », « coyote », etc.).

Langues maya
(source : http://www.inalco.fr/langue/maya-langues-maya)


Sociétés vivantes, diverses et mobiles, à la fois enracinées dans la tradition et exposées à la mondialisation, chargées d'un passé d' interculturation aussi bien avec les conquérants espagnols qu'avec les sociétés voisines mayas et non mayas méso-américaines, les communautés mayas s'ancrent dans des milieux écologiques différents, à partir d'histoires contrastées et avec des relations diverses aux cultures mayas précolombiennes et à la modernité.

Les Mayas vivent actuellement au sud du Mexique, au Guatemala − où ils forment la majorité de la population − ainsi qu’au Belize.

Les langues maya

De plus d’une trentaine de langues mayas connues pour l’époque de la conquête, seules 29 sont encore parlées par près de 6 millions de locuteurs, dont une partie est monolingue. La vitalité de ces langues est fort contrastée: alors que près de 800 000 personnes s’expriment quotidiennement en maya yucatèque et près de 400 000 en maya tseltal, les langues enseignées à l’Inalco, d’autres langues telles que l’itza’ et le tz‘utujil sont dans des situations d’extrême fragilité. Les situations intermédiaires sont multiples.

Les langues de la famille maya, que l’on fait remonter à 4500 ans environ, ont divergé et évolué chacune à leur façon au fil des siècles. Il n’existe pas d’intercompréhension entre la plupart d’entre elles, mais elles partagent la majorité de leurs racines lexicales et de nombreux traits grammaticaux et phonologiques communs. De ce fait, l’apprentissage d’une de ces langues, associé tel qu’il l’est dans le cursus de l’Inalco, à une mise en perspective comparative, grâce à une langue d’une branche différente et aux cours de grammaire comparée, offrent un accès réel, pratique et analytique à toutes les langues de la famille. Les langues enseignées relèvent de deux branches majeures de la famille (Yucatecan et Tseltalan) et sont représentatives de l’opposition géographique, linguistique et culturelle entre hautes et basses terres mayas. Les langues sont envisagées à partir des pratiques communicatives, quotidiennes, plus formelles, ou rituelles, et leur apprentissage sont ainsi également l’occasion d’une riche introduction à la culture.

La diversité des langues et dialectes qui caractérise la famille maya est rare au regard de la taille et du continu du territoire maya, concentré sur 340 000 m2 de hautes et basses terres, au nord de l'Amérique centrale. La localisation des groupes mayas sur cette aire n’a cependant jamais été stable. Les Mayas ont connu depuis des siècles d’importantes migrations internes et externes, produits, le plus souvent, d'événements dramatiques mais aussi facteurs de nouveaux contacts et d’influences entre langues. Récemment, des centaines de milliers de mayas de diverses origines ont fui du Guatemala au Mexique, quitté le Chiapas pour la péninsule du Yucatan, migré des zones rurales vers les grands centres urbains et touristiques, depuis Cancún jusqu'aux Etats Unis (où l’on compte à l’heure actuelle près de 250 000 locuteurs de langues mayas). Les enseignements en dialectologie, sociolinguistique, milieu naturel et société archéologie, et anthropologie, solidement ancrés l’analyse de cas concrets, offrent aux étudiants un panorama de la mosaïque de situations, et des clés de compréhension de ces dynamiques culturelles et linguistiques.

La civilisation maya

La civilisation maya est connue pour ses sites monumentaux, mais aussi pour avoir développé, depuis environ 400 avant J-C jusqu'au XVIIe siècle (lorsque les Espagnols finirent de définitivement soumettre la totalité du territoire), un système graphique que l'on considère comme étant l'écriture la plus performante de l'Amérique précolombienne, tant par son mode sophistiqué de transcription de la langue que par l’importance de son corpus sur supports très variés (monuments, objets, codex…).

Le déchiffrement de l'écriture maya, toujours en cours, a connu récemment de spectaculaires avancées, mettant en lumière la combinaison complexe de logogrammes ("signes-mots/concepts") et de phonogrammes (de valeur syllabique) que présente cette écriture. Du millier de signes répertoriés, un peu plus de 200 logogrammes et environ 150 phonogrammes ont, de nos jours, été sérieusement déchiffrés : la translittération et lecture de nombreuses inscriptions connues est dorénavant possible. Le déchiffrage des textes glyphiques est ainsi devenu un élément incontournable de la recherche sur les états anciens des langues mayas, à présent reconnu par les locuteurs comme étant une racine essentielle de leur identité, ainsi que sur l'histoire ancienne de leur peuple.

Quechua
(source : http://www.inalco.fr/langue/quechua)

Le quechua compte actuellement environ huit millions de locuteurs répartis dans cinq pays d’Amérique du Sud : Colombie, Équateur, Pérou, Bolivie et Argentine. Plus de la moitié d’entre eux vivent au Pérou où existe également la plus grande diversité dialectale.

Ce que l’on appelle communément « le quechua » correspond à un ensemble de dialectes assez diversifié, voire à une famille de langues dont la linguistique historique fait remonter la première expansion à la seconde moitié du 1er millénaire ap. J.-C. à partir d’un foyer situé dans le centre-sud du Pérou. On distingue deux grands ensembles dialectaux, habituellement appelés « quechua I » et « quechua II ». Le premier réunit les dialectes parlés dans le centre et le centre-nord du Pérou, tandis que le second englobe les dialectes quechuas de l’Équateur et de la Colombie, au nord, et ceux du sud du Pérou, de la Bolivie et de l’Argentine, au sud. La variété enseignée à l’Inalco est celle du sud du Pérou (dialectes de Cuzco et d’Ayacucho), qui est très proche du quechua bolivien.

Le quechua jouit d’un statut officiel dans les trois pays où il est principalement parlé. Les constitutions actuelles de l’Équateur (2008), du Pérou (1993) et de la Bolivie (2009) ont établi la possibilité d’officialiser la langue à un niveau régional. Plusieurs régions ou départements du Pérou et de la Bolivie lui ont ainsi récemment donné le statut de langue officielle aux côtés de l’espagnol, rendant son enseignement obligatoire à tous les niveaux du primaire et du secondaire. Dans ces trois pays, le quechua est généralement langue d’enseignement dans les écoles primaires des zones rurales où il prédomine. Les langues quechuas continuent par ailleurs de porter des savoirs vernaculaires vigoureux (par ex. sur l’environnement, l’agriculture, l’élevage), ainsi qu’une riche littérature orale narrative et chantée. Les Andins cherchent aujourd’hui à établir une relation équilibrée entre la modernité et leur propre identité linguistique, et de multiples efforts sont accomplis pour faire accéder la langue à de nouveaux domaines de communication.

Guarani
(source : http://www.inalco.fr/langue/guarani)

La famille linguistique tupi-guarani est très étendue, du sud de la Guyane française jusqu’au nord de l’Argentine en passant par le Brésil, le sud de la Bolivie et tout le Paraguay. Mais dans ces États-Nations, le statut juridique et symbolique des langues relevant de cette même famille linguistique est très varié : minoritaire, régional ou national.

Au Brésil, les langues dites « tupi » ont un statut minoritaire et ethnique alors même que dans l’imaginaire national le « tupi » a un rôle fondateur important. En Bolivie, le guarani parlé dans le Chaco est minoritaire par rapport à l’aymara ou au quechua mais il commence à être peu à peu revalorisé. En Argentine, dans la province de Corrientes, le guarani est désormais reconnu comme officielle, au niveau régional. Au Paraguay, le guarani est officiel au même titre que l’espagnol.

Il est parlé par 90% de la population paraguayenne et reconnu comme symbole même de la nation, alors même que seuls 2% de la population se reconnaît comme indienne. Les relations entretenues par la population paraguayenne envers le guarani sont complexes : il est un objet de fierté nationale mais aussi synonyme de faible statut socio-économique. La vigueur de l’attachement contradictoire de la population envers le guarani, la vitalité de ses manifestations culturelles et la forte reconnaissance politique dont il bénéficie au Paraguay rendent son étude particulièrement intéressante.

2 vidéos sur les guarani (Brésil) :

"Les Guarani du Brésil : un peuple à la recherche de son identité perdue" (8mns 46s)
https://www.youtube.com/watch?v=-UEHhudurd4

Reportage des Nations Unies sur le Brésil, "où les indiens autochtones sont frappés par un mal étrange : une vague de suicides chez les plus jeunes. Qu’est ce qui peut ainsi pousser ces adolescents, ces jeunes adultes à ce geste de désespoir ?
La plus grande communauté d’autochtones, les Guarani, vivent dans la douleur de la perte de leurs terres."

"21è siècle : Les Guarani du Brésil, un peuple à la recherche de son identité perdue" (25 mns 39s)
https://www.youtube.com/watch?v=SFHVOFV5SHQ

Reportage de TV5MONDE

Ottimo! Avete molto materiale! Ora come vi organizzate per pubblicarlo? Dove volete metterlo? E sotto quale forma?

Du coup l'idée de l'article me semble plus pertinant, du moins ça sera plus simple, dans le sens ou créer une chanson (même pour enfant) en langues amérindiennes me paraît trop "ambitieux" à notre niveau, principalement à cause des questions de grammaire, de concordance, etc... on ne pourraît effectivement que difficilement s'en sortir, sans ne tomber que dans de la traduction mot-à-mot... et encore, les dictionnaires dispo sur le marché sont très difficiles d'accès...

Mais je vous poste quand même ça (c'est une chanson en espagnol et guarani) que j'ai trouvé sur un blog (source : http://cocomagnanville.over-blog.com/2016/12/chansons-reprises-pequena-s...).

La personne qui tient le blog en donne la description suivante :

"Chanson de Chico Buarque parue dans son album Chico Buarque de 1978.

Elle sera par la suite reprise par Silvio Rodriguez qui la popularise."

J'ai trouvé une autre version (plus récente) sur Youtube (duo Silvio Rodriguez/Ricardo Flecha) :

https://www.youtube.com/watch?v=n30uX5Lnp-k

Paroles :

En espagnol

Vivo en un país libre
cual solamente puede ser libre
en esta tierra, en este instante
y soy feliz porque soy gigante.

Amo a una mujer clara
que amo y me ama
sin pedir nada
o casi nada,
que no es lo mismo
pero es igual.

Y si esto fuera poco,
tengo mis cantos
que poco a poco
muelo y rehago
habitando el tiempo,
como le cuadra
a un hombre despierto.

Soy feliz,
soy un hombre feliz,
y quiero que me perdonen
por este día
los muertos de mi felicidad.

Y si esto fuera poco,
tengo mis cantos
que poco a poco
muelo y rehago
habitando el tiempo,
como le cuadra
a un hombre despierto.

Soy feliz,
soy un hombre feliz,
y quiero que me perdonen
por este día
los muertos de mi felicidad.

 

En guarani

Purahei`imi arapegua

Michimi ramo upéva
che purahéi mbegue mbeguepé
ajapo aikovévo arapýpe
ojapoarãháicha yvypora opáyva
che aguyje, che kuimba'e ovy'áva
ha aníkena ipochy ko árape
umi omanóva che aguyjére.

Che retã, tetã isã' yva,
ha'é ikatuháicha ku isa'y
kóva ko yvýpe, ko'ágãité
ha che aguyje che tuicha haguére
kuña resãkã ahayhu
ahayhu ha che rayhu
ojerure'yre mba'eve
ndaha'éi vaicha ha ha'é avei.

 

En français

Je vis dans un pays libre 
qui ne peut seulement être libre 
en cette terre, en cet instant 
et je suis heureux parce que je suis géant. 

J'aime une femme claire 
que j'aime et qui m'aime 
sans rien demander 
ou presque rien, 
qui ne soit pas le même
mais qui est égal.

Et si ceci ne suffisait pas, 
j'ai mes chants 
que peu à peu 
je mouds et je refais 
en habitant le temps, 
comme il convient 
à un homme éveillé. 

Je suis heureux, 
je suis un homme heureux, 
et je veux qu'ils me pardonnent 
pour ce jour 
les morts de mon bonheur. 

Et si ceci ne suffisait pas, 
j'ai mes chants 
que peu à peu 
je mouds et je refais 
en habitant le temps, 
comme il convient 
à un homme éveillé. 

Je suis heureux, 
je suis un homme heureux, 
et je veux qu'ils me pardonnent 
pour ce jour 
les morts de mon bonheur.

C'est cool avoir tout cette information. Je crois que le plus pertinente pour donner forme à tout cette information est la création d'un blog. 

Je me suis permis de creer un mail groupal sur Gmail.  languesindigenes@gmail.com, le mot de pase est  languesindigenes2019

Il existe une plataforme appelle WIX pour la creation d'un blog 

Est ce que vous etes d'accord avec cette idée ?

Bonjour !

Bravo Louis! Merci d'avoir partagé tant d'info. 

Super idée Nazly, merci!

Je crois qu'on devrait commencer à organiser tout le matériel apporté. 

Pour commencer, pensez à un titre et à une bonne introduction. 

Bon travail! À bientôt!

Bonjour tout le monde! 

On commence à organiser le travail? Vous avez déjà décidé le titre, l'introduction, le corpus, les images?

No olvidemos el nombre de esta sesión: Romanofolies : canta che ti passa! En consecuencia, pensemos qué canciones se podrían incluir.

Le temps se passe vite! Então vamos nos apressar.

Allez, allez! Du courage!

Jajoecha peve À bientôt! Até logo

Bonjour!

Comme titre je pense qu'on peut mettre tout simplement "Les langues autochtones"

Dans l'introduction il faudrait définir ce qu'est une langue autochtone...

Notre problématique : Quelles sont les premières pensées qui vous viennent à l'esprit quand on parle de groupes indigènes?

Il y a une partie sur l'aspect socio-historique des langues indigènes d'Amérique Latine,leur émergence puis leur statut aujourd'hui, avec une présentation générale, des chiffres, statistiques, des images puis une conclusion oui!

Je suis en train de rassembler les recherches sur un document word... Je pense qu'il y a assez d'information, je pense finir le document demain! Je pourrai le poster ! Il sera en italien, français, espagnol et anglais... 

A partir de ce document nous pourrions peut être faire un blog ou une presentation aréable...

Je m'occupe de faire une into/présentation  qui introduira les grandes idées et problématiques etc.  qui pourra  servir de page d'accueil/présentation du blog justement  (j'aurai fini demain normalement).

Pour le titre je pensais à quelque chose d'un peu plus "poétique" du genre "Les langues de l'Abya Yala"...

["Abya Yala est le nom choisi en 1992 par les nations indigènes d'Amérique pour désigner l'Amérique au lieu de le nommer d'après Amerigo Vespucci.
L'expression « Abya Yala » vient de la langue des Kunas, un peuple indigène de Panama qui utilise cette expression pour nommer l'Amérique. Les mots signifient « terre dans sa pleine maturité »". https://fr.wikipedia.org/wiki/Abya_Yala]

 

PS : Merci pour vos messages précédants et votre contribution :) !!!

Buen día a todos! 

Les recuerdo que ya se tendría que publicar el trabajo. Está terminado?

Estoy para lo que necesiten.

Bonne journée

Hola a todos! Coucou Alya, Nazly, Cristina, Norma , Louis!

El 22 de noviembre terminó la fase 4 de esta sesión. 

Ahora hay que publicar un resumen del trabajo en el Caderno de resumos. Quién podría hacerlo?

Estamos en contacto. Bonne journée.